APERCU DE L’HISTOIRE DE DILSBERG
 
Le fait que l’on ait découvert des fouilles romaines sur le territoire même de Dilsberg et un habitat romain sur le site voisin de Wiesenbach laissent supposer que le Dilsberg servait autrefois de lieu stratégique pour la puissance d’occupation romaine. Les premières informations précises du Dilsberg existent dès le commencement des constructions au commencement du Moyen Âge. La forme conique du Dilsberg ainsi que la bonne vue sur l’Odenwald et la région du Kraichgau se prêtait à la construction d’un château fort.

 
1150-1200
Construction du château fort, à la suite de la construction de celui voisin de Wiesenbach, et après que le Neckar ait été reconnu comme moyen de circulation. L’évêché de Worms, en tant que successeur juridique du couvent de Lorsch, soumet le district d’Elsenz et le Dilsberg à des prévôts laïques issus de la noblesse. Le Dilsberg est donc placé sous les ordres des seigneurs de Lauffen.
 
1208
Première mention dans des documents du „Dilighesberch“ en tant que lieu de résidence du comte Boppo V. de Lauffen. Peu après, à la suite de la succession de ce dernier, les seigneurs de „Dürn“ (Walldürn) succèdent aux comtes de Lauffen.

 
1288
Rodolphe de Habsbourg achète la citadelle au comte Boppo II. de Dürn, comte de Dilsberg, appauvri.
 
Après 1300
Grâce aux efforts de plusieurs années des comtes palatins toujours plus puissants, Dilsberg tombe définitivement dans le giron du Palatinat.
 
1347
La citadelle est élevée à la qualité de ville, après que les habitants des hameaux voisins Rainbach (sur le Neckar) et Reitenberg (dans la plaine, aujourd’hui à l’ouest de Dilsberg) aient été contraints d’abandonner leurs villages pour peupler Dilsberg. Octroyés avec des privilèges ils peuplent le Dilsberg qui fut entouré avec un mur d’enceinte et ils agrandissent les installations avec leurs maisons, qu’ils doivent laisser ouvertes comme refuge pour la cour d’Heidelberg et comme lieu de séjour pour la chasse.
 
Au 14eme siècle
Dilsberg passe sous administration civile (Amtskellerei), et devient, de 1401 à 1803, une sous-administration palatine, et administre ainsi les villages environnants. En conséquence de l’importance du Dilsberg pour l’administration palatine dans la basse vallée du Neckar et dans la région du Kraichgau des communs furent construits.
 
Au 17eme siècle
La citadelle du Dilsberg compte parmi les forteresses irréductibles pendant la guerre des 30 Ans. Le chef de la ligue catholique „Tilly“ occupait la forteresse de Dilsberg en 1622 parce que le Dilsberg devait ouvrir les portes à la suite de la prise de Heidlberg par les troupes impériaux. En 1633 c’étaient les Suèdes (les protestants) et en 1653 c’étaient du nouveau les troupes impériaux qui occupaient le Dilsberg. Malgré toutes ces troubles de la guerre le Dilsberg ne fut pas détruit ainsi non plus pendant la guerre de succession ou guerre d’Orléans (1690) quand le destructeur du Palatinat, le Général Mélac, était dans la citadelle avec ses troupes.
 
Après 1700
Dilsberg devient un lieu de retraite, seuls des soldats retraités et invalides y sont en service. La maison du commandant devient la résidence du commandant de la forteresse et de l’administration militaire.
 
1757-1767 Construction d’un cachot pour les étudiants d’Heidelberg.
 
1803
Avec la disparition du Palatinat, la citadelle est rattachée au Pays de Bade nouvellement créé, elle perd son droit d’administration sur la région, mais reste cependant prison d’Etat.

Après 1822
La démolition du château, jusque là intact, est autorisée (les habitants en utilisent des pierres pour construire leurs maisons). En perdant son importance militaire et son rôle de sous-administration, Dilsberg perd au 19ème siècle toute son ancienne importance et devient un village purement rural et plutôt pauvre.
 
À partir de 1900
L’ancienne commune rurale se développe et devient une commune urbaine moderne et un centre d’attraction touristique.
 
1. 1. 1973
Dilsberg est rattaché à la commune de Neckargemünd.

 

Burg
 
CURIOSITÉS PARTICULIÈRES

La galerie souterraine accessible qui conduit presque horizontalement sur une longueur d’environ 80 m au puits du château. Cette galerie fut creusée à la main de 1650 à 1680, selon de nouvelles découvertes scientifiques pour servir de conduit d’aération pendant les travaux de creusage du puits, qui a été approfondi de 25 à 46 mètres. Ainsi, l’on a abandonné l’idée première selon laquelle elle aurait pu servir de passage secret pour fuir en cas de siège. La galerie souterraine a été redécouverte en 1896 par le germano-américain Fritz von Briesen et, grâce á son soutien financier, déblayée en 1926.



LA CITADELLE DE DILSBERG
 
1. Château fort
2. Maison des gardes, fondation culturelle
3. Galerie souterraine (qui mène au puits du château)
4. Pippifax Café
5. Administration locale (Mairie)
6. Eglise catholique
7. Temple protestant
8. Auberge „Zur Sonne“ (Au soleil)
9. Chocolaterie (ancienne Auberge „Burg“)
10. Auberge de Jeunesse et tour de la Grande-Porte
11. Annetin Design (cadeaux)
12. Parc du château
13. Chemin de remparts
14. Théâtre plein air
15. Dilsberger Keramik (cadeaux)
 
 
Informations et visites guidées:
Tourist-Information Neckargemünd
Neckarstr. 19-21
69151 Neckargemünd
Tel. 06223/3553
Fax 06223/73784
Diese E-Mail-Adresse ist vor Spambots geschützt! Zur Anzeige muss JavaScript eingeschaltet sein!
www.neckargemuend.de